Subscribe via RSS Feed Connect on Google Plus

Le tissu adipeux

4 janvier 2013 2 Comments

Les tissu adipeux

Les tissus adipeux

Il existe deux sortes de tissu adipeux : le brun et le blanc. Le tissu adipeux blanc stocke les graisses et le tissu adipeux brun participe à la thermogenèse : il produit de la chaleur à partir des acides gras mis en réserve. Chez le nouveau-né, les réserves de graisses sont localisée en partie dans le tissu adipeux brun. Ce tissu disparaît en partie avec la croissance.

Les deux tissus ont en commun un même type de cellules : les adipocytes. Le tissu adipeux blanc contient 20 milliards d’adipocytes.

Un homme svelte de 70 kg porte une dizaine de kilos de tissu adipeux, équivalent à 70 000 kcal, soit, théoriquement de quoi subvenir à ses besoins en énergie pendant un peu plus d’un mois. Dans l’espèce humaine, les cellules adipeuses constituent le principal réservoir d’énergie. La répartition de la masse adipeuse varie selon le sexe. Chez la femme, elle prédomine dans les hanches, les cuisse et la région mammaire ; chez l’homme, elle est surtout présente dans l’abdomen et le tissu adipeux viscéral.

Pour assurer sa fonction de réservoir d’énergie, le tissu adipeux blanc est capable de stocker l’énergie sous forme de triglycérides, c’est la lipogenèse, puis de libérer cette énergie, c’est la lipolyse.

Le tissu adipeux blanc sécrète des dizaines d’hormones qui agissent notamment sur le métabolisme énergétique. Chez les obèses, la production de ces substances est perturbée, ce qui renforce certains déséquilibres.

Le tissu brun a été « redécouvert » récemment chez l’homme adulte et fait l’objet de nombreuses études.

La cellule adipeuse

La cellule adipeuse fonctionne comme un réservoir d’énergie pour l’organisme. Lorsque l’apport calorique alimentaire dépasse les dépenses énergétiques, l’adipocyte stocke le surplus sous forme de triglycérides dans ses gouttelettes lipidiques. L’adipocyte contient une poche nommée vésicule ou gouttelette lipidique, qui peut se gorger de lipides jusqu’à occuper plus de 90 % du volume cellulaire. La taille normale d’un adipocyte est de 60 µm mais l’adipocytes peut grossir jusqu’à 200 µm environ.

Lorsque les apports nutritionnels ne couvrent pas les besoins en énergie du corps, par exemple lors d’une famine ou d’un régime, la cellule adipeuse libère des acides gras dans la circulation sanguine, acides gras qui seront utilisés essentiellement à des fins énergétiques par les autres cellules de l’organisme.

cellule-adipeuse

La cellule adipeuse

Le nombre d’adipocytes ou de cellules adipeuses

Le développement du tissu adipeux se produit au cours du troisième trimestre de la grossesse puis après la naissance mais reste possible à tout âge.

En fait, même si elle ralentit avec l’âge, la multiplication des adipocytes peut s’effectuer tout au long de la vie, partir d’une cellule précurseur, le préadipocyte. C’est lui et non l’adipocyte qui est capable de se multiplier.

Quand les adipocytes ont atteint leur taille maximale et qu’il reste des lipides à stocker, les pré-adipocytes deviennent des adipocytes. Et les adipocytes ne meurent pas…

Métabolisme de la cellule graisseuse

L’adipocyte synthétise des triglycérides, composés d’une molécule de glycérol couplée à trois chaînes d’acides gras.

A partir:

– Des triglycérides d’origine alimentaire dégradés dans la lumière de l’intestin, ils sont resynthétisés dans les entérocytes, puis par voie lymphatique rejoignent la circulation générale. La lipoprotéine-lipase de l’adipocyte les dégrade à nouveau en glycérol et acides gras libres pour être à nouveau resynthétisés en triglycérides à l’intérieur de l’adipocyte.

– Des triglycérides synthétisés dans les adipocytes à partir du glucose. La synthèse des lipides (ou lipogénèse) est stimulée par l’insuline

captation AG et glucose par les cellules adipeuses

captation AG et glucose par les cellules adipeuses

Tissus adipeux et poids

Lors d’un régime amaigrissant, les personnes perdent un peu de poids car les adipocytes se vident mais leur nombre ne change pas. Dès que l’apport énergétique est plus important, les cellules se remplissent à nouveau puis de nouveaux sont créés. Un développement excessif de ce tissu peut aboutir l’obésité qui se caractérise par un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30 kg/m2.

La formation des adipocytes est un processus quasi irréversible, susceptible de se produire à l’âge adulte. La prévention est donc déterminante pour contrôler le développement du tissu adipeux.

L’acide linoléique accentuerait la prise de poids. L’acide arachidonique et son métaboliste, la prostacycline, dérivés de l’acide linoléique, favorisent la différentiation des préadipocytes en adipocytes et contribuent ainsi au développement du tissu adipeux. C’est un point important dans le développement de l’obésité des enfants car la composition du lait maternel a évolué et contient plus d’oméga 6 qu’avant.

Tissu adipeux, obésité et diabète

Dans l’obésité, la masse accrue de tissu adipeux viscéral est associée à un débit sanguin réduit, à la capture réduite du glucose et des acides gras, et à une lipolyse accrue. Durant la première phase, cette surcharge lipidique crée une inflammation chronique avec production adipokines, des cytokines inflammatoires, dont le TNF-α qui réduit la synthèse et le stockage des triglycérides, entraînant ainsi une augmentation d’acides gras libres. Dans la deuxième phase, les cytokines augmentent au niveau sanguin et créent une insulinorésistance dans le tissu musculaire et hépatique. Lorsqu’une insulinorésistance s’est développée dans tout l’organisme, les cellules du prancréas produisent plus d’insuline. C’est le troisième stade : l’hyperinsulinémie. Le quatrième stade est le diabète de type II.

 

La reprogrammation des adipocytes

Les cellules souches sont des cellules qui conservent la capacité de se diviser presqu’indéfiniment. Elles se divisent en cellules souches de réserves et en cellules de différenciation Elles sont à l’origine de tous les tissus, dont elles assurent le renouvellement. Chez l’adulte, ces cellules souches sont multipotentes, c’est à dire qu’elles peuvent donner naissance à plusieurs types de cellules différentes qui garantissent le maintien des tissus auxquels elles appartiennent. Ainsi, les fibroblastes et les adipocytes ont la même origine cellulaire : une cellule souche multipotente de type mésenchymateux. Sous l’influence de divers facteurs, dont les hormones, celle-ci s’oriente vers une lignée de cellules bien précises. Dans le cas de l’adipocyte, après une phase de croissance, l’adipoblaste de départ donne naissance à un préadipocyte qui acquiert peu à peu toutes la fonctionnalités de l’adipocyte, puis qui se différencie en adipocyte mature capable de fabriquer et de stocker les graisses. Une fois constitué, le stock d’adipocyte est très résistant, il augmente avec l’âge et aggrave la cellulite. Cependant, des observations faites lors de la technique chirurgicale du lipofilling (auto-injection de sa propre graisse) ont montré que les adipocytes pouvaient revenir à leur état initial de cellule souche mésenchymateuse. En reprogrammant leurs fonctionnalités, les adipocytes ont la capacité de sécréter des protéines de collagène pour améliorer l’éclat et la vitalité de la peau.

Références

Le tissus adipeux et ses hormones, Pour la science, n°384, oct 2009
L’obésité, l’insulinorésistance et le diabète de type 2, Endocrinologie, sept 2008
Apports lipidiques et prise de poids : aspects qualitatifs, G. Ailhaud, doi oct 2008
Rôle physiologique du tissu adipeux brun chez l’Homme, B Cariou, janvier 2012

Comments (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Emerald dit :

    Bonjour, vous avez écris plus haut dans l’article « les cellules du procréas », est-ce juste ou est-ce une coquille?
    Merci de voir ce qu’il en est.
    A part ça je suis content de l’article. Si vous avez d’autres informations sur les graisses et leurs fonctions, je suis très intéressé.
    Cordialement,
    Emerald

  2. Sophie dit :

    Il s’agit du pancréas …une petite faute de frappe.
    N’hésitez pas à lire l’article sur les lipides http://viveleregime.com/2013/01/lipides/ et à visionner l’émission de la télévision suisse (le lien est sur cette page)

Leave a Reply