Subscribe via RSS Feed Connect on Google Plus

Médicaments adjuvant au régime

6 janvier 2013 0 Comments

Les médicaments adjuvants au régime

Les principaux médicaments qui sont ou été utilisés pour faciliter la perte de poids:

  • l’orlistat commercialisé sous le nom de Xénical® ou Alli®
  • le rimonabant (supprimé)
  • la sibutramine (supprimé)

Autres médicaments du régime

Il s’agit de substances qui ont eu leur heure de gloire et qui sont actuellement interdites :

– la phénylpropanolamine : effet anorexigène. Interdite en raison de la survenue d’hémorragies cérébrales.

– alcoloïdes de l’Ephedra : risque accru d’hypertension et de tachycardie, et même d’accidents vasculaires cérébraux et de décès.

– la (dex)fenfluramine : anorexigène. augmente le risque de valvulopathies

 

L’Orlistat, médicament du régime qui empêche l’assimilation des graisses

L’Orlisat est vendu en Europe sous le nom commercial de Xenical® et plus récemment d’Alli®, en vente libre

Mode d’action de l’Orlisat

Ce médicament inhibe les lipases gastriques et surtout pancréatiques. Les graisses ne sont plus transformées en acides gras et monoglycérides assimilables. Les graisses sont éliminées par les selles. La proportion de graisses non résorbées ne dépasse pas 30% soit 25g/j, ce qui représente un déficit calorique de 200 kcal/jour.

L’Orlistat se prend au moment du repas ou au plus tard une heure après la fin de celui-ci La dose recommandée est de 120 mg 3x/jour.

Les effets secondaires de l’Orlistat

Les effets secondaires de l’Orlistat sont principalement de nature digestive  : augmentation de la fréquence des selles, selles grasses, incontinence anale, …

On observe également une diminution des concentrations sanguines des vitamines liposolubles, en particulier la vit. D

Indications de l’Alli

L’alli est indiqué en association a un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses, dans le traitement du surpoids et un Indice de Masse Corporelle (IMC) ≥ 28 kg/m2 chez l’adulte.

Dose recommandée: 60 mg, 3 x/jour. A prendre avec de l’eau immédiatement avant, pendant ou jusqu’ à 1 heure après chacun des principaux repas.

Si un repas est sauté ou ne contient pas de graisses, on ne doit pas prendre d’orlistat.

Contre-indications de l’Orlisat

  • Hypersensibilité à l’orlistat ou à un excipient.
  • Enfants et adolescents de moins de 18 ans (manque de données cliniques).
  • Syndrome de malabsorption chronique.
  • Cholestase.
  • Troubles gastro-intestinaux.
  • Déficience en vitamines liposolubles.
  • Hyperoxalurie.
  • Lithiase rénale.
  • Prudence en cas de diabète: risque d’hypoglycémie.
  • Le traitement par l’orlistat pourrait altérer l’absorption des vitamines liposolubles. Pour cette raison, il est conseillé de prendre un supplément multivitaminique au coucher afin d’assurer des apports vitaminiques adéquats

Précautions d’utilisation

L’orlistat, commercialisé sous les noms de Xenical® et Alli®, pourrait induire une insuffisance rénale aiguë, selon une étude canadienne, publiée en 2011 dans la revue Archives of Internal Medicine. À partir d’une base de données d’assurés de l’Ontario, Matthew Weir a identifié 953 nouveaux consommateurs d’orlistat entre 2002 et 2008.

Parmi eux, 18 (soit 2%) ont déclaré une insuffisance rénale aiguë dans l’année suivant la prescription, soit près de 4 fois plus que les 5 cas enregistrés dans l’année précédant la prise du médicament. Ces défaillances rénales, dues à l’excès de cristaux d’oxalate, confirment des observations récentes, notent les auteurs de l’article. Ils souhaitent attirer l’attention des médecins sur cet effet secondaire potentiellement sévère, pas toujours mentionné dans les documents d’information sur ce produit.
Au même moment, l’association américaine de consommateurs Public Citizen vient d’adresser un courrier à la Food and Drug Administration pour demander le retrait du marché de l’orlistat, tant dans sa version sur ordonnance que pour celle en vente libre. L’association, qui avait déjà fait une pétition en ce sens il y a quelques années, s’inquiète en particulier du risque d’atteintes hépatiques sévères pouvant conduire à une greffe du foie ou au décès ; de cas de pancréatites aiguës, parfois mortelles; et d’atteintes rénales aiguës. De son côté, GlaxoSmithKline, qui commercialisait l’Alli depuis 2009 en Europe (plus longtemps aux États-Unis) a fait savoir qu’il souhaitait s’en séparer, officiellement pour des raisons économiques.

 Le Rimonabant (Acomplia®) était un nouveau médicament contre l’obésité

L’Acomplia a été mis sur le marché européen en juin 2006, pour le traitement des patients obèses ou en surpoids avec des facteurs de risques associés tels que le diabète de type 2 et la dyslipidémie en complément au régime et à l’activité physique.

En octobre 2008, le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’agence européenne des médicaments (EMEA) a considéré qu’en pratique clinique, les troubles psychiatriques tels que dépression, anxiété, troubles du sommeil et aggressivité étaient plus nombreux que ce qui avait été prévu au moment de l’autorisation.  Le CHMP a, de plus, pris en considération que la dépression pouvait conduire à des idées suicidaires ou même à des tentatives de suicide. Le médicament est ainsi retiré du marché.

Le rimonabant (Acomplia®) était le premier médicament d’une nouvelle classe thérapeutique. Il agit au niveau du système endocannabinoïde récemment découvert. Ce système régulerait le poids, la balance énergétique et la glycémie. Il serait suractivé chez les personnes présentant un excès de graisse au niveau de l’abdomen.

L’autorisation de mise sur le marché octroyée par l’EMEA était fondée sur les résultats de 4 études cliniques en double aveugle versus placebo sur un peu plus de 6000 patients dont le poids variait entre 94 et 104 kg. Le rimonabant (20 mg par jour) a induit en moyenne une perte de 4 à 5 kg de plus que le placebo.

Propriétés pharmacologiques du rimonabant

rimonabant

rimonabant

Le rimonabant est un antagoniste spécifique des récepteurs endocannabinoïdes CB1 abondants dans le système nerveux central et périphérique ainsi que dans les adipocytes. Par son activité centrale, il diminue l’appétit ainsi que la dépendance au tabac; par son activité périphérique, il augmente les taux d’adinopectine qui, elle-même, réduit l’insulinorésistance, les triglycérides et le cholesthérol LDL et augmente le cholestérol HDL.

Indications du rimonabant

  • Traitement de l’obésité (IMC > 30 kg/m2 ).
  • Traitement de la surcharge pondérale (IMC > 27 kg/m2) chez des patients présentant des facteurs de risque tels que le diabète de type 2 ou une dyslipidémie.
  • Le traitement doit toujours être associé à un régime hypocalorique et à une activité physique.

Posologie et mode d’administration du rimonabant

20 mg par jour, à prendre le matin avant le petit-déjeuner.

Effets indésirables du rimonabant

Les plus fréquents: nausées, troubles de l’humeur (dépression), anxiété, vertiges, infections des voies aériennes supérieures.

Bon à savoir

Cette perte de poids est comparable à celle observée avec l’orlistat et la sibutramine. Elle disparaît un an après l’arrêt du traitement.

Bien qu’une perte de poids chez des personnes obèses ou présentant une surcharge pondérale influence favorablement certains facteurs de risque cardio-vasculaires, un effet favorable sur la morbidité et la mortalité cardio-vasculaires n’est démontré pour aucun médicament contre l’obésité (le rimonabant y compris).

Adjuvant au régime : la Sibutramine (Réductil®)

Suppession de la Sibutramine en 2010

L’Agence européenne du médicament (EMA) vient de décider de recommander la suspension de l’autorisation de mise sur le marché du sibutramine (Reductil®). «Les risques dépassent les bénéfices», estime l’EMA, ajoutant que la perte de poids est «modeste» et s’estompe vite après l’arrêt du traitement. Depuis 2001, une soixantaine de signalements d’effets indésirables impliquant ce médicament ont été recensés en France, dont le décès d’une femme. «Moins de la moitié des cas concernaient des effets indésirables cardio-vasculaires, dont cinq cas graves (troubles du rythme, hypertension, tachycardie)», précise l’Afssaps, qui estime qu’en 2009 environ 5 500 personnes prenaient du sibutramine en France. Mais c’est après avoir pris connaissance des résultats d’une étude menée pendant cinq ans sur 9 805 patients que l’EMA a décidé de réagir. Ces résultats font état d’une augmentation du risque de complications cardio-vasculaires chez les personnes traitées par sibutramine.

Mode d’action de la sibutramine

La Sibutramine est un inhibiteur de la recapture neuronale de la sérotonine et de la noradrénaline au niveau central. Cette molécule est particulièrement intéressante car:

1. elle accélère la sensation de satiété et permet  de manger moins. Elle permet aussi d’éviter une diminution excessive du métabolisme de base, ce qui diminue le risque d’effet
yoyo;
2. elle augmente les dépenses énergétiques au niveau des tissus périphériques en stimulant la thermogenèse (effet modeste)
3. elle agit rapidement (endéans 2 à 3 jours)
4. elle permet d’éviter les compensations sucrées générées dans les régimes alimentaires par la déficience en sérotonine.
5. elle induit enfin une réduction des dépôts de graisse viscérale et réduit de ce fait le tour de taille

Etudes moins récentes

Des études internationales démontrent qu’à côté de la perte pondérale qu’elle génère, la sibutramine permet de freiner la reprise de poids à long terme et apporte un bénéfice métabolique grâce à:

– l’amélioration de l’insulinosensibilité « ‘
– l’augmentation >20% des taux HDL-C (effets cardioprotecteurs +++)
– la diminution des triglycérides « ‘ et de l’HbAic
– la diminution des dépôts de graisse viscérale et du tour de taille.

Ces actions positives sur les lipides (triglycérides diminués et HDLC augmenté), sur la graisse viscérale et sur l’insulinosensibilité, rendent la sibutramine particulièrement intéressante dans le décours du syndrome métabolique et on peut présumer qu’à un stade précoce elle puisse aider un patient à ralentir le développement du processus métabolique et de ce fait les complications qui en découlent. A ce titre, l’étude SCOUT (Sibutramine Cardiovascular Outcomes Trial) effectuée sur 9000 patients dans 16 pays dont la Belgique évalue les bénéfices métaboliques liés à la perte de poids en terme de morbidité et de mortalité cardiovasculaire.

Médicaments en cours de développement

– les agoniste des récepteurs GLP-1

– un vaccin antighréline

 

 

 

 

Leave a Reply