Subscribe via RSS Feed Connect on Google Plus

Fructo-oligosaccharides, des prébiotiques adjuvant au régime

23 janvier 2013 0 Comments

Les fructo-oligosaccharides ou  FOS, prébiotiques adjuvants au régime

Les FOSfructo-oligosaccharides  sont des constituants de l’alimentation qui ne sont pas digérés et qui fermentent au niveau de l’intestin. Ce sont des prébiotiques; on les appelle également fructanes. Ils consistent en polymères de D-fructose. Ils forment des fibres solubles non digestives par nos enzymes digestifs mais bien par les enzymes bactériens appelés B-fructosidase et trouvés notamment chez Bifidobacterium. L’inuline est une β (2-1) fructane.

inuline

inuline

Les principaux FOS sont l’oligofructose et l’inuline. On les retrouve dans les légumes, dans certains fruits et certaines céréales. Le topinambour contient jusqu’à 21% de FOS à courte chaîne ; l’oignon, l’asperge, le blé, le salsifis, le poireau, l’ail, le seigle, la levure, la bière, la ciboule chinoise, la tomate et la banane en contiennent aussi

Fonction des fructo-oligosaccharides

Les fructo-oligosaccharides peuvent favoriser la sensation de satiété (diminution de l’appétit), diminuer les taux de lipides au niveau du sang et du foie, et améliorer l’homéostasie des hydrates de carbone (diminution de la glycémie).

Le raffinose et le stachyose favorisent le développement intestinal de Bifidobacterium infantis, Lactobacillus acidophilus, Streptococcus foecium et inhibent au contraire celui de Clostridium perfringens, Escherichia coli et Fusobacteria.

L’inuline est utilisée dans l’industrie alimentaire pour son pouvoir gélifiant.  Elle donne de l’onctuosité à l’aliment allégé en matières grasses sans apporter beaucoup de calories (0 à 2,4 kcal/gramme). Elle a également un gout légèrement sucré.

Mécanisme d’action des fructo-oligosaccharides

On suppose que les fibres non digestibles influencent la production d’hormones intestinales. Les cellules L (cellules endocriniennes de l’intestin) produisent une série de peptides, qui sont libérés dans la circulation ou via des voies neuronales périphériques ou centrales. Elles sont capables de moduler la prise de nourriture via l’hypothalamus, et de contribuer à la régulation de la fonction pancréatique. Elles peuvent en outre stimuler l’immunité dans différents modèles expérimentaux qui miment les modifications métaboliques associées de façon spécifique au diabète et à l’obésité

Sources

J. Nutr. 129: 1402S–1406S, 1999.
Kaur N and Gupta A K 2002 Applications of inulin and oligofructose in health and nutrition; J. Biosci. 27 703–714
Br J Nutr. 2005 Apr;93 Suppl 1:S157-61.

Leave a Reply