Subscribe via RSS Feed Connect on Google Plus

Chrononutrition

6 janvier 2013 0 Comments

Chrononutrition

La chrononutrition n’est pas un régime, c’est une intelligence de la nutrition dont découle une manière de vivre différente en accord avec les biorythmes.

Pour rappel, les adipocytes peuvent emmagasiner les graisses et aussi les libérer. Quand il s’agit de les vider, il faut manger équilibrer et bouger. Le sport permet principalement de stabiliser le poids.

Chrononutrition et exercice

Le principe est simple : bouger aux heures où la cellule est dans les meilleures dispositions pour déstocker.

La première évidence : on va éviter de bouger quand les taux d’insuline sanguins sont élevés, càd après un repas. Non seulement, l’exercice sera pénible car il entravera le processus de digestion, mais en plus, il sera peu rentable.

La deuxième évidence : choisir les heures où les substances qui favorisent le déstockage sont au top. Or le pic du cortisol, hormone réveille matin qui stimule l’activité, se situe entre 7 et 8 heures. C’est également l’heure où l’adrénaline et la noradrénaline, « hormones du stress »,  sont augmentées.

Conclusion : l’heure à laquelle l’exercice sera le plus profitable est le matin, avant le petit déjeuner. Pourquoi ne pas faire une petite marche avant d’aller travailler et de manger sur place. Autres moments favorables : la fin de matinée avant le déjeuner, ou encore le soir vers 18 –19 h, avant un diner léger.

Les principes de la chrononutrition

Une tactique consiste à composer ses menus en tenant compte des horaires de la cellule, de la valeur nutritionnelle des aliments et de leur « stockabilité ».

On sait que le matin la cellule a besoin d’énergie et qu’elle est disposée à déstocker plus facilement. On réservera donc au début de journée les aliments les plus énergétiques et les plus stockables . Le soir, en revanche, elle se met en mode économie et a un penchant particulier pour le glucose. Une étude de 2010 a mis en évidence que la prise d’un petit déjeuner protéiné a une influence positive sur le glucose sanguin qui augmente beaucoup moins qu’avec un petit déjeuner glucidique. Les taux de ghréline (hormone qui augmente l’appétit) n’augmente pas ce sui permet de diminuer les apport caloriques pendant 24 heures.

Indépendamment de la composition du repas, se nourrir très tard pourrait accélérer singulièrement la prise de poids. Ainsi, il faudrait mieux manger à 18 h qu’à minuit. Les personnes qui travaillent de nuit ne doivent pas manger de glucides pendant la nuit!

La chrononutrion en pratique

–       À calories égales, les repas copieux du matin font moins grossir que ceux du soir

–       Les protéines du petit-déjeuner apportent plus de satiété

–       Les glucides au petit-déjeuner font augmenter les apports caloriques totaux

–       Le petit-déjeuner et déjeuner sont plus protéiques que glucidiques

–       Le repas du soir peut être légèrement plus glucidiques

–       Ne manger que des glucides à index glycémique bas

 

 

Source : Ratliff 2010 Consuming eggs for breakfast influences plasma glucose and ghrelin, while reducing energy intake during the next 24 hours in adult men.

Filed in: Régimes • Tags: , ,

Leave a Reply