Subscribe via RSS Feed Connect on Google Plus

Adaptation au jeûne

4 janvier 2013 0 Comments

Adaptation de l’organisme au jeûne

Définition

Le jeûne est la privation d’aliments

Mécanismes

L’organisme s’adapte au jeûne pour continuer à fournir du glucose aux organes qui en ont obligatoirement besoin (cerveau, médullaire rénale, globules rouges, …) et pour préserver la masse maigre riche en protéines.

La 1° phase (entre 2 repas)

La production de glucose est assurée par le foie qui dégrade ses réserves de glycogène. Cette mise à disposition du glucose est favorisée par la diminution de l’insuline et l’élévation du glucagon.

Cependant, les stocks de glycogène sont rapidement épuisés (max. 300g). Cette solution est donc transitoire.

La 2 ° phase (jeûne nocturne physiologique)

Les réserves de tissus gras vont être utilisées. Les triglycérides sont hydrolysés (lipolyse) avec libération d’acides gras libres dans la circulation. Cette augmentation des acides gras plasmatiques est favorisée par la diminution de l’insuline et l’élévation de l’hormone de croissance. Les acides gras sont utilisés par les tissus qui en ont la capacité (pas le cerveau). Ils épargnent le glucose.

La phase 3 : jeûne au-delà de 24 h

Le glucose est synthétisé à partir l’acides aminés (alanine) et de lactate libéré par les muscles. C’est la néoglucogenèse.

La 4° phase : jeûne de 24 à 48 heures

Une nouvelle source d’énergie devient disponible : les corps cétoniques : l’acétoacétate et le B-hydroxybutirate. Ceux-ci sont produits par le foie à partir des acides gras (cétogenèse) grâce à la diminution de l’insuline . Cela se traduit par une cétonurie et rarement par une acidose métabolique.

Le cerveau est capable d’utiliser cette source d’énergie alternative..

La balance azotée (= apport-sortie) est donc constamment négative au cours du jeûne et traduit la perte progressive de masse maigre. Mais les mécanismes d’adaptation présentés permettent de réduire cette fuite azotée de 12g d’azote/j au départ à 4 g/j après quelques jours de jeûne. Il existe  donc au cours du jeûne une perte azotée quotidienne obligatoire de 4 g d’azote soit 25 g de protéines ou encore de125 g de masse maigre

Filed in: Notions de base • Tags:

Leave a Reply