Subscribe via RSS Feed Connect on Google Plus

L’acide alpha lipoïque

6 janvier 2013 0 Comments

L’acide alpha lipoïque : le rôle de l’acide alpha lipoïque sur la satiété et les dépenses énergétiques

L’acide alpha lipoïque ou thioctine peut être considéré comme le chef de file des anti-oxydants de l’organisme.

La stimulation métabolique ou électrique des centres de la satiété augmente la satiété et le métabolisme de base. A l’inverse, toute inhibition des centres de la satiété conduit à une augmentation de l’appétit et à une réduction du métabolisme de base. Vivelerégime vous explique le rôle joué par les acides alpha lipoïques sur la satiété et les métabolismes de base.

Peptides anorexigènes : leptine, insuline, colecystokinine

Peptides orexigènes : ghréline, neuropeptide Y, galanine

Ils sont au centre de la régulation du comportement alimentaire et du métabolisme énergétique.

Au niveau musculaire, la protéine kinase dépendante de l’AMP stimulée par l’exercice physique, la leptine, l’adiponectine et l’acide alphalipoïque active la dépense énergétique et la sensibilité à l’insuline en favorisant la captation du glucose, la glycolyse et l’oxydation des acides gras.

La production d’adiponectine est diminuée en cas d’augmentation du tour de taille.

Au niveau du système nerveux central, c’est l’inactivation de cette protéine kinase dépendante de l’AMP par le glucose, l’insuline, la leptine et l’acide alphalipoique qui induit une réduction de la prise alimentaire. Au contraire, c’est par le biais de son activation que la ghréline induit une augmentation de la prise alimentaire.

La très sérieuse revue médicale “nature medecine” titrait en juillet 2004, l’effet antiobésité de l’acide alphalipoïque est médié par la suppression de l’activité de la protéine kinase dépendante de l’AMP.

Les auteurs concluent que leur découverte indique que la protéine kinase dépendante de l’AMP joue un rôle important dans la régulation centrale de la prise alimentaire et de la dépense énergétique. L’acide alphalipoïque exerce des effets anti-obésité en supprimant l’activité de cette protéine kinase.

En résumé, l’acide alphalipoïque exerce des effets anti-obésité en diminuant la prise alimentaire par suppression de l’activité d’une protéine kinase dépendante de l’AMP au niveau de l’hypothalamus, et en augmentant la dépense énergétique activant la même protéine au niveau périphérique.

Leave a Reply